Isolants : Comment choisir le meilleur isolant ?

L’isolement des murs et des combles est une étape stratégique car il permet de faire des économies non négligeables en matière de chauffage. Le choix d’un isolant peut se montrer, par moments, très fastidieux tant il existe de catégories, de formes et de critères différents à prendre en considération. Il existe deux grands types d’isolation : l’isolation phonique et l’isolation thermique. Cet article est orienté sur les isolants thermiques.

Quelles sont les différentes catégories d’isolants existants ?

Les matériaux isolants peuvent être classés en trois grandes catégories selon leur type et leurs caractéristiques. Les matériaux faisant partie de la catégorie des laines minérales figurent parmi les plus utilisés en matière d’isolement. La laine de verre et la laine de roche sont classées dans cette catégorie. Le succès des laines minérales s’explique par un rapport performance/prix très attrayant ainsi qu’une bonne tenue au feu. Par contre, leur faible densité ainsi que leur faible déphasage pour un résultat en confort d’été très moyen n’en font pas les matériaux idéals pour l’isolation des combles.

Les isolants synthétiques, quant à eux, regroupent le polystyrène et le polyuréthane. Résistants à l’humidité, disposant aussi d’un très bon rapport performance/prix, les isolants synthétiques se montrent très intéressants pour ce qui est de l’isolation extérieure et de l’isolation sous dalle.  Souffrant d’un faible déphasage lié à leur faible densité, ils ne sont, toutefois, pas performants pour ce qui est du confort d’été.

La dernière catégorie d’isolants est celle dite bio-sourcée. Elle regroupe les isolants en laine végétale, en laine animale ainsi que ceux provenant du recyclage comme l’ouate de cellulose. Ces isolants sont actuellement ceux qui sont les plus performants tout en ayant un bilan environnemental très favorable. Denses avec de bonnes performances thermiques, les isolants bio-sourcés présentent des résultats très appréciables que ce soit pour le confort d’hiver ou le confort d’été. Ils ont aussi l’avantage d’avoir une évacuation naturelle de la vapeur d’eau grâce à leur surface poreuse. Souvent plus chers que les autres catégories d’isolants, leur prix reste l’inconvénient principal des isolants bio-sourcés.

Sur quels critères se baser lors du choix ?

Il y a plusieurs critères qui déterminent le choix de l’isolant. La première concerne la performance thermique de l’isolant. Celle-ci est fonction de deux paramètres qui sont souvent indiqués sur l’étiquette : la résistance thermique (R) et la conductivité thermique (λ). Un bon isolant dispose d’une résistance thermique élevée et d’une faible conductivité thermique.

L’épaisseur est un autre critère important. Il faut savoir que plus un isolant est épais plus la résistance thermique est élevée. Cependant, l’épaisseur d’un isolant peut se montrer problématique car il entraîne une diminution de l’espace de vie pour le cas d’une isolation intérieure.

L’option de l’isolation extérieure est évidemment possible mais reste plus onéreuse. Il est aussi intéressant de savoir qu’un isolant avec une bonne densité est plus performant. Si le problème de la densité ne se pose généralement pas pour les laines végétales, il est recommandé de choisir une densité de 30 kg/m3 au minimum pour les laines minérales qui ont tendance à s’affaisser au fil des années.

Les isolants peuvent être présentés soit en vrac, soit en rouleaux soit en panneaux; chaque type présentant ses propres avantages. Les isolants en vrac ont l’avantage d’être moins chers et de pouvoir être utilisés dans les endroits difficilement accessibles comme les combles perdus. Ils peuvent, cependant, s’affaisser au fil du temps. Pour ce qui est des isolants en panneaux et en rouleaux, ils ont pour avantage de pouvoir être installés plus facilement et d’avoir une bonne durabilité dans le temps. Les isolants en panneaux, qu’ils soient souples ou rigides, peuvent être utilisés dans des conditions humides.

Quelles sont les solutions les plus écologiques ?

Le choix d’un isolant écologique peut influencer la décision lors de l’achat. Certains types d’isolants ont, en effet, un bilan environnemental défavorable. Mauvaises sur le plan écologique, la laine minérale et la laine synthétique sont toutes deux logées à la même enseigne. Le mauvais bilan de la laine minérale est expliqué par une énergie grise assez importante à cause d’un faible taux de recyclage et de la fusion du sable pour son obtention. Pour ce qui est des isolants synthétiques, bien qu’ils aient des qualités indéniables, ils peuvent devenir un risque  en cas d’incendie car les vapeurs qu’ils peuvent dégager sont mortelles. Les isolants d’origine végétale ou animale ainsi que ceux qui proviennent de produits recyclés sont ceux qui ont le meilleur bilan environnemental et ont tendance à s’imposer comme un bon choix écologique.

Category: Maison

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5011b21801c6ee1e761d78eb369054f6/////