Construction de maison : quels sont les risques naturels ?

La maison représente une zone de confort, un abri dans lequel nous nous sentons en sécurité. C’est pourquoi il est important que sa construction prenne en compte les différents risques qui peuvent subvenir. Il ne s’agit pas seulement des vulnérabilités techniques, mais aussi des catastrophes naturelles.

Pour garantir la résistance d’une construction immobilière, ces dernières sont à étudier de près avant le début du chantier. Cette initiative permet de mettre en place des mesures préventives pour minimiser les pertes et les accidents.

A lire aussi : Comment réaliser des travaux de rénovation énergétique à moindre coût ?

L’importance de l’étude du sol pour éviter les glissements de terrain

Ce premier risque naturel est lié à la structure même du sol sur lequel sera bâtie la maison. Lorsque celui-ci contient beaucoup de calcaire ou de gypse, une forte circulation des eaux souterraines entraîne leur dissolution. Il se crée alors de cavités. Ces dernières peuvent aussi se creuser suite à des activités d’extraction dans le sous-sol. La présence de cavités dans le sol induit les affaissements ou les effondrements de terrain.

Pour se prémunir de ces risques, une étude de sol est à préconiser. Pour en savoir plus, des sites spécialisés tels que www.mygeo.fr développent les différents procédés géotechniques, en fonction de votre projet. Cette étape préalable vous aidera à connaître les mesures de préparation de votre terrain pour le consolider face aux effets potentiels des glissements de terrain.

A voir aussi : Petits espaces : le design et la déco à adopter

Ces mesures concernent notamment le traitement des cavités et la réalisation de fondations plus résistantes aux déformations. La réalisation d’une base solide est aussi essentielle pour se parer contre les tremblements de terre.

étude sol géotechnique

Les risques liés aux intempéries

Les caprices de la météo peuvent être destructeurs pour votre construction. Les vents et la pluie semblent inoffensifs à première vue. Mais lorsqu’ils dissimulent des ouragans ou des tornades, c’est toute votre construction qui est mise en danger.

Contre les vents forts et les fortes pluies, c’est la toiture qu’il faudra d’abord consolider. Les bardeaux sont à renforcer. Il en est de même pour la fixation des soffites. Aussi, les espaces extérieurs se doivent d’être calfeutrés pour éviter que les eaux soufflées par le vent ne s’incrustent. En outre, le système d’évacuation des eaux de ruissellement depuis la toiture doit être performant pour éviter la stagnation et les infiltrations. Ces dernières fragilisent les murs de façon considérable tout en favorisant la formation de moisissures. Par ailleurs, les portes et les fenêtres doivent être choisies de façon à résister à la pression du vent et des débris volants.

Les inondations

Conséquence directe des précipitations de fortes intensités et continues, les inondations peuvent rendre votre maison inhabitable. Si vous êtes dans une zone potentiellement inondable, la construction de votre maison se fera au-dessus de la ligne d’eau de l’inondation théorique de 100 ans. Cette référence est aussi connue sous le nom d’élévation d’inondation de base (BFE).

Considérer la BFE ne suffit pourtant pas, car les eaux peuvent dépasser cette prévision. Dans ce cas, il est important de privilégier des matériaux solides et véritables pour la construction et l’aménagement de la maison. Des cloisons, à l’isolation et jusqu’aux revêtements divers, les éléments utilisés seront résistants à l’eau et aux moisissures.

Category: Maison

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *